Qui sommes nous ?

La compagnie

Le nom de la Compagnie « Souricière » fait référence au Hamlet de SHAKESPEARE. Hamlet nomme « Souricière » la pièce de théâtre que ses comédiens donnent au Royaume du Danemark pour faire tomber les masques de la culpabilité du Roi et de la Reine.

La Compagnie Souricière a été créée en 2008 à la suite d’une envie concrète de défendre un théâtre de textes issus du répertoire contemporain en prise directe avec son époque, et qui placerait l’incarnation organique de la parole au centre de tout.

Dans un contexte de virtualisation des moyens de communications, de crise de la pensée, et de fatalisme moral, le plateau de théâtre demeure l’un des derniers refuges poétiques où la parole fait surgir toutes les grandes questions existentielles.

Résolument tournée vers un théâtre mettant à nu les souffrances de l’Humanité dans un monde immaîtrisable, la Compagnie Souricière fait sienne la citation d’Edward Bond :

«Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine.»

Image

Image

«Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine
Edward Bond

[Reprise de Femme non-rééducable]
14462920_1596571950638835_3312216907326244491_n
[Dates :
_Le 15 Novembre 2016 au Théâtre du Briançonnais (Briançon)
_Le 25 Novembre 2016 au Théâtre Marélios (La Valette)
_Le 12 Janvier 2017 au Théâtre de la Madeleine (Troyes)]

«Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine
Edward Bond

Ce que nous vous offrons

Les spectacles

Projet de création 2017 :

ORPHELINS :

Liam et Helen sont frère et sœur, orphelins. Helen est en couple avec Danny.
Danny a un fils d’une ancienne compagne et Helen est enceinte de Danny.
Un soir, alors qu’Helen et Danny dînent chez eux aux chandelles, Liam, couvert de sang, entre dans l’appartement du couple et interrompt le dîner.
Qu’est-ce qui s’est passé ? A qui est ce sang ? Et dans quelle histoire Liam s’est-il encore fourré ?
Le couple va interroger Liam pour comprendre la situation. Mais son récit s’avère extrêmement confus, contradictoire, et évoluera en différentes versions. Au départ, Liam prétend avoir essayé de secourir un jeune pakistanais venant de se faire agresser au coin d’une rue… jusqu’à ce que la Vérité éclate et gangrène toute l’intimité familiale.

→ Téléchargez le dossier
 

Création Février 2017 :

EUROPE CONNEXION :

Ecrite en 2015, “Europe connexion” nous plonge dans le parcours professionnel d’un assistant parlementaire européen dont l’ambition est d’accéder à un poste de lobbyiste au service de l’industrie des pesticides alimentaires. Pour arriver à ses fins il manipulera tour à tour sa député, les commissaires européens, les associations de consommateurs, forgera de toute pièce de fausses ONG, de faux rapports scientifiques, et se construira tout un réseau organisé au service de sa propre réussite. Mais cette ascension fulgurante conduira progressivement le lobbyiste au burn-out.
Alexandra Badea nous fait vivre tout cela de l’intérieur, nous invitant à une plongée glaçante dans le cortex cérébral de ce personnage tiraillé entre cynisme, carriérisme et culpabilité; un parfait produit de notre époque.

→ Téléchargez le dossier
 

Spectacle en tournée :

Femme non-rééducable [mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa] :

Anna Politkovskaïa, journaliste russe connue pour ses prises de positions critiques envers la politique intérieure de Vladimir Poutine, et ses reportages sans concession sur le conflit en Tchétchénie d’où elle dénonçait sans relâche les crimes contre l’humanité, est retrouvée assassinée le 7 octobre 2006 dans l’ascenseur de son immeuble. Cet événement tragique conclut plusieurs mois d’intimidations du Régime, et de menaces de mort allant jusqu’à une tentative d’empoisonnement.
Femme non-rééducable du dramaturge italien Stéfano Massini retrace la dernière année de vie de la journaliste durant ses voyages en Tchétchénie. Dans sa structure fragmentaire proche d’un théâtre documentaire, la pièce est néanmoins construite comme une Tragédie moderne où la disparition de l’héroïne semble programmée, planifiée, inéluctable. Comme si tous les éléments narratifs, la froideur enneigée des montagnes Tchétchènes, l’aridité de cette terre, les eaux glacées du fleuve, tout ce décorum morbide étaient autant d’avertissements, de signes maléfiques d’un drame annoncé.

Reste le désert.


→ Téléchargez le dossier

Répertoire :

Acte :

Acte c’est l’histoire d’une rencontre improbable entre deux antagonismes, un choc des contrastes. L’un est en lutte contre le pouvoir d’État et l’autre veut se fondre dans la normalité et l’obéissance au système. Rapidement, la visite de contrôle vire à l’interrogatoire musclé où chaque camp s’efforcera de démonter la logique de l’autre.
Mais la force de leurs vérités va lentement s’effondrer sous le poids de l’Histoire.
Leur liberté affichée ne sera plus qu’un leurre dont ils finiront eux-mêmes par douter. Dépassés par les débordements pulsionnels de leurs corps et la remontée des souvenirs traumatiques des crimes de la génération antérieure, ces deux identités vont progressivement se dissoudre. Brisés, perdus, pris au piège dans l’étau de l’Histoire, fossoyeurs de leur propre disparition, « Elle » et « Lui » se noient dans les abîmes d’un monde à l’agonie programmée.
Que le réel soit combattu ou accepté, il détruit.
Reste le désert.

→ Téléchargez le dossier

Répertoire :

Marat-Sade :

Premier spectacle autour de l’assassinat de Marat par Charlotte Corday joué par le Marquis de Sade hospitalisé à l’hospice de Charenton en 1808.
“J’ai compris que ce monde est un monde de corps !” affirme le Marquis de Sade.
“Au silence de la Nature, j’oppose mon action !” réplique le révolutionnaire Jean-Paul Marat.
La pièce Marat-Sade, écrite en 1964 par le dramaturge allemand Peter Weiss, confronte deux visions du monde, deux éthiques philosophiques bien distinctes et irréconciliables.
Mais l’enjeu n’est précisément pas une réconciliation.
Dans la salle de baignade d’un asile psychiatrique, aménagée pour l’occasion en plateau de théâtre, les internés Sade et Marat vont opposer leurs convictions sur la fonction véritable de l’Homme face à l’Histoire. Faut-il sacrifier sa propre existence à résister aux évolutions politiques que l’on juge nuisibles ? Ou alors se protéger de ces vaines préoccupations, en s’abandonnant entièrement aux plaisirs de la chair ?
Ces deux “fantômes de l’Histoire”, que seul le théâtre a pu réveiller, n’apporteront cependant aucune réponse concrète à nos problèmes contemporains. Leur vertu sera de dévoiler nos contradictions, et de nous encourager à la méfiance vis-à-vis des idées qui circulent sous l’appellation d’évidence.

«Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine
Edward Bond

Qui sommes nous ?

L'equipe

«Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine
Edward Bond

Vous avez des questions ?

Contact

Mozaic, 141 Avenue Marcel Castie – 83000 Toulon.